M. Philippe Brassac, Directeur Général du Crédit Agricole,

Il en va de votre crédibilité et de l’impact direct de votre banque sur la crise climatique. 

Vous qui mettez en scène, à grand coup de communication, le Crédit Agricole comme étant une banque verte et solidaire, vous nous mentez.

En réalité, vos politiques d’investissement et de financement de l’industrie pétro-​gazière jouent un rôle majeur dans la crise climatique et sociale.

Entre 2016 et 2020, votre banque a versé 64,6 milliards de dollars à l’industrie des énergies fossiles. À cause de votre soutien à cette industrie, la crise climatique s’aggrave. À cause de vous, les forages en Arctique, la destruction de forêts boréales pour extraire les sables bitumineux qui polluent l’eau sont possibles.

Nous vous demandons dès à présent de rejoindre la Banque Postale et le Crédit Mutuel, et de cesser tout soutien financier au développement de l’industrie pétrolière et gazière dans le monde. 

Parce que nous sommes des millions à être sociétaires de votre entreprise, parce que nous sommes des milliards à être touché•e•s par la crise climatique et sociale, nous ne resterons pas silencieux et silencieuses face à vos mensonges.

Sans action immédiate de votre part, nous n’accorderons plus aucun crédit à cette image bienveillante et respectable que vous voulez nous instiller. 

Sans action immédiate de votre part, nous serons plusieurs dizaines de milliers à faire entendre nos voix, et reprendre le pouvoir que nous avons via notre épargne, nos placements et nos actions. 

Pourquoi c’est important ?

Des belles paroles, aucune action : 

~ ~ le mouvement

135 260 membres pour défendre le bien commun, faire pression sur les décideurs, et gagner des batailles dans la loi et l'opinion