La répression contre les Gilets Jaunes a été massive. Les chiffres en donnent toute l’étendue : plus de 5 600 interpellations et gardes à vue, plus de mille condamnations. Le bilan officiel fin 2018 recensait environ 3 000 blessés et mutilés. Des femmes et des hommes dont la vie aura été brisée.

Le gouvernement a fait le choix d’un maintien de l’ordre brutal et disproportionné face au mouvement : dispositifs policiers démesurés, journalistes bousculés et empêchés de travailler, gardes à vue et arrestations préventives, gazages et matraquages systématiques, évacuations violentes, tirs de Flash‐​Ball et de grenades de désencerclement, drones et hélicoptères, déploiement de blindés…

En annonçant le retour de la loi « anti‐​casseurs », invention de la droite après Mai 68, le Premier ministre affiche la couleur. La désescalade n’est pas l’option du gouvernement. La matraque est désormais sa seule réponse politique !

Le choix de la force et de l’affrontement est toujours la tentation d’un pouvoir affaibli, ébranlé par une exigence démocratique et sociale qui vient des profondeurs du pays, et qui le conteste. L’escalade répressive et l’utilisation intensive des moyens de police finissent d’ailleurs par mettre en danger les gendarmes et les policiers eux‐​mêmes.

Le Président, le gouvernement, la majorité parlementaire et leurs relais médiatiques en appellent aujourd’hui à la défense des institutions et de la République pour mieux se protéger et justifier la criminalisation d’un mouvement qui ne saurait se résumer aux violences que nous condamnons. Ce faisant, ils nourrissent la logique infernale de la « provocation‐​répression » et minent en fait encore un peu plus les bases de notre pacte républicain.

Nous sommes bien en face d’une incompréhension de classe, doublée d’une tentative désespérée de mettre à l’abri une oligarchie qui a permis à Emmanuel Macron d’accéder au pouvoir.

Ce choix de la répression et de la violence policière est à l’œuvre depuis longtemps dans les quartiers populaires et touche particulièrement les pauvres, les précaires, les jeunes, les migrants. Il est également à l’œuvre contre les ZAD et contre les mouvements d’écologie radicale. Les victimes de ces politiques avaient une vie, des familles, des rêves. Elles ont aussi des noms : Remi Fraisse à Sivens, Adama Traoré à Beaumont‐​sur‐​Oise.

La « maladie sécuritaire » ne date pas d’aujourd’hui. Emmanuel Macron n’est qu’un accélérateur de particules. Il est le digne héritier des gouvernements précédents, qui avaient bien commencé le travail de régression en matière de libertés publiques et d’attaques contre le pacte social.

Rappelons toutes les lois votées qui ont relégué le juge derrière le préfet, le procureur et le policier, suivies par le basculement, par cette nouvelle majorité, de dispositions de l’état d’urgence dans le droit commun. Aujourd’hui, Édouard Philippe n’a plus qu’à « piocher » dans cet arsenal répressif, « co‐​construction » de la droite et du gouvernement Hollande‐​Valls, pour réprimer et diaboliser un mouvement auquel il ne veut pas répondre.

Les Gilets Jaunes ont mis le doigt sur tout ce qui ne va pas et le rappellent à chaque rond‐​point. Il est temps de trouver des remèdes pour soulager ce corps malade qu’est devenue la France et d’apporter des réponses concrètes aux attentes de justice et de démocratie exprimées par les manifestant.e.s, notamment le rétablissement de l’ISF, la mise en place du RIC (dont les modalités restent à définir), une fiscalité plus juste pour les PME et TPE, notamment celles travaillant pour la transition écologique, une réelle augmentation du SMIC et des minima sociaux, la baisse du prix des produits de première nécessité.

Nous devons, et nous allons combattre la nouvelle étape annoncée par le Premier ministre dans la mise sous tutelle du droit de manifester, inspirée de la proposition de loi du sénateur LR Bruno Retailleau. Aujourd’hui ce sont les Gilets Jaunes qui sont visés. Demain, nous pourrons l’être toutes et tous.

Il est grand temps d’abandonner et d’interdire toutes les armes dites non létales dont l’utilisation conduit à des mutilations ou à des morts telles que les Flash‐​Balls et les grenades de désencerclement – et d’en finir avec l’arbitraire de l’État policier, des lois et de la justice à deux vitesses, qui garantissent aux puissants et aux forces de l’ordre l’impunité et imposent à celles et ceux qui contestent l’ordre établi la répression sans limites.

Mais au‐​delà de ce combat contre la criminalisation et la répression de masse et pour nos libertés, une autre responsabilité nous incombe à toutes et à tous, qui exige la mobilisation la plus déterminée possible : celle de pousser au changement que les Gilets Jaunes et tant de citoyen.ne.s exigent à raison aujourd’hui.

Premiers signataires

Esther Benbassa, sénatrice EELV de Paris, Sergio Coronado, ancien député, Noël Mamère, ancien député et ancien maire écologiste, Pouria Amirshahi, journaliste, Patrick Apel‐​Muller, directeur de la rédaction de L’Humanité, Cathy Apourceau‐​Poly, sénatrice PCF du Pas‐​de‐​Calais, Eliane Assassi, sénatrice PCF de Seine‐​Saint‐​Denis, Jean‐​Christophe Attias, universitaire, Clémentine Autain, députée FI de la 11e circonscription de la Seine‐​Saint‐​Denis, Guillaume Balas, coordinateur de Génération.s, Julien Bayou, conseiller régional IdF (groupe AES), porte‐​parole d’EELV, David Belliard, président du groupe des élu.e.s écologistes au Conseil de Paris, Ugo Bernalicis, député FI de la 2e circonscription du Nord, Olivier Besancenot, porte‐​parole du NPA, facteur, Éric Bocquet, sénateur PCF du Nord, Youcef Brakni, Comité Adama, Céline Brulin, sénatrice PCF de la Seine‐​Maritime, Damien Carême, maire de Grande‐​Synthe, Hugues Charbonneau, producteur, Eric Coquerel, député FI de la 1ère circonscription de la Seine‐​Saint‐​Denis, Alain Coulombel, secrétaire national adjoint d’EELV, Laurence Cohen, sénatrice PCF du Val‐​de‐​Marne, Antoine Comte, avocat, Yves Contassot, animateur de l’espace Idées de Génération.s, Laurence De Cock, historienne, Didier Éribon, philosophe, Fabien Gay, sénateur PCF de Seine‐​Saint‐​Denis, Guillaume Gontard, sénateur écologiste de l’Isère, Nicolas Haeringer, militant de la justice climatique, Eva Joly, députée européenne EELV, Mathilde Larrère, historienne, Geoffroy de Lagasnerie, philosophe et sociologue, Pierre Laurent, sénateur PCF de Paris, Jean‐​Paul Lecocq, député PCF du Havre, Marie‐​Noëlle Lienemann, sénatrice de Paris, apparentée CRCE, Édouard Louis, écrivain, Pierre Mairat, avocat, coprésident du MRAP, Jean‐​Luc Mélenchon, président du groupe FI à l’Assemblée nationale, Claire Monod, conseillère régionale IdF (groupe AES), coordonnatrice de Génération.s, Danièle Obono, députée FI de la 17e circonscription de Paris, Pierre Ouzoulias, sénateur PCF des Hauts‐​de‐​Seine, Pascal Savoldelli, sénateur PCF du Val‐​de‐​Marne, Sophie Taillé‐​Polian, sénatrice Génération.s du Val‐​de‐​Marne, Thomas Porcher, économiste, Sabine Rubin, députée FI de la 9e circonscription de la Seine‐​Saint‐​Denis, Serge Slama, professeur de droit public, Université de Grenoble‐​Alpes, Assa Traoré, Comité Adama, Marie‐​Christine Vergiat, députée européenne Front de Gauche, Benedicte Monville, conseillère régionale IdF (groupe AES), Alexis Corbière, député FI de la 7e circonscription de Seine Saint‐​Denis, Bastien Lachaud, député FI de la 6e circonscription de la Seine‐​Saint‐​Denis, Mathilde Panot, députée FI de la 10e circonscription du Val de Marne.


Tribune initialement publiée dans Le Monde daté du 18 janvier 2019 sous le titre « il est grand temps d’interdire les Flash‐​Ball et les grenades de désencerclement »

décembre 2018« Gilets verts » dans la rue
Le samedi 8 décembre, nous avons vécu un moment historique. Aux côtés de la manifestation des « gilets jaunes », 25 000 personnes se sont mobilisées pour la justice climatique et la justice sociale. Le message a eu le mérite d’être clair : « Gilets jaunes, gilets verts… Même combat ! »
novembreLa fin du pétrole 🚙
La première source d’émissions de gaz à effet de serre en France, ce sont les transports. Entendez par là, notre dépendance au pétrole. Nous avons donc été plus de 40 000 à demander au gouvernement de prendre les mesures nécessaires pour construire une mobilité durable et écologique.
🌍 90 jours pour changer le monde
Nous avons profité du grand défi collectif #OnEstPrêt pour dévoiler la toute nouvelle version de l’application 90jours. L’idée ? Un coach qui vous aide à changer le monde, un défi à la fois. Utilisée par plus de 550 000 personnes, c’est la plus grosse communauté d’acteurs du changement en France.
#OnEstPrêt
Pendant 1 mois, plusieurs milliers de personnes ont participé au grand défi collectif #OnEstPrêt que nous avons coordonné, avec plus de 80 vidéastes de Youtube et d’Instagram pour changer durablement leurs habitudes. Au casting : Professeur Feuillage, Aude GG, El Hadj, Baptiste Lorber, Norman fait des vidéos…
-23,7% sur mon salaire
Encore aujourd’hui, les femmes gagnent en moyenne 23,7% de moins que les hommes. C’est comme si le 6 novembre, à 15h35, elles arrêtaient d’être payées jusqu’à la fin de l’année. On a donc créé un simulateur pour calculer combien vous pourriez gagner en plus (ou en moins).
octobre⏰ Il est encore temps
Après la démission de Nicolas Hulot, nous avons contribué à créer le plus grand mouvement pour le climat que la France n’ait jamais connu, en animant une communauté de plus de 170 000 personnes pour organiser des marches partout en France et demander au gouvernement de faire plus.
septembreRéguler Facebook
La vérité sur le Levothyrox
juilletAllons chercher Macron
Le 24 juillet, grâce à notre mobilisation : Alexandre Benalla ne travaille plus à l’Élysée, et toutes les auditions sont rendues publiques. Pourtant le scandale continue de s’obscurcir. Rien n’explique encore pourquoi un agent de sécurité a pu bénéficier d’autant de passe‐​droits, de la protection d’Emmanuel Macron, au courant des agissements de « M. Sécurité ». Nous demandons alors à Emmanuel Macron de sortir de son silence et de venir s’expliquer devant les Françaises et les Français en répondant aux questions de la commission d’enquête parlementaire.
🏆 Les auditions doivent être publiques
Nous sommes le 22 juillet, et il est impératif de faire toute la lumière sur l’affaire Benalla : dans les médias, il apparaît que Gérard Collomb était au courant depuis le 2 mai des agissements de M. Benalla la veille, sans jamais avoir signalé l’incident au procureur de la République. Alors que le Ministre de l’Intérieur s’apprête à être auditionné par l’Assemblée et le Sénat, nous demandons à ce que toutes les auditions de l’affaire Benalla soient rendues publiques. Sur Facebook, des centaines de personnes réagissent à notre initiative, et là encore, notre mobilisation paie et nous obtenons satisfaction.
🏆 Génération Identitaire à sec
🏆 Benalla doit démissionner
Une mise à pied de 15 jours et toujours un bureau à l’Élysée. C’est ainsi qu’Alexandre Benalla, le directeur adjoint du cabinet d’Emmanuel Macron, a été sanctionné, pour avoir tabassé un manifestant à terre le 1er mai 2018. Lorsque l’affaire émerge suite aux révélations du journal Le Monde, nous demandons la démission d’Alexandre Benalla ainsi que l’ouverture d’une enquête pour faire toute la lumière sur ses actes. Nous sommes plus de 500 à partager la pétition, et grâce à notre mobilisation rapide, nous obtenons le licenciement d’Alexandre Benalla.
Allo Burger King ?
Après une dizaine de tentatives, on a réussi à demander à Burger King quand ils souhaitaient bannir les pailles en plastique. L’embarras du service de presse parle de lui‐​même. La vidéo est vue 1 300 fois sur Facebook seulement.
Bravo Starbucks !
Le 10 juillet, quelques jours après l’annonce de McDonald’s, Starbucks France annonce qu’ils cesseront également d’utiliser des pailles plastique d’ici 2020. Le lendemain, à midi, avec une solide équipe de volontaires, nous nous rendons dans un Starbucks parisien pour les féliciter : les clients applaudissent, l’ambiance est enthousiaste et constructive. Quelques minutes plus tard, la troupe se rend dans un restaurant Burger King pour leur demander chaleureusement de suivre l’exemple de Starbucks et McDonalds. La vidéo est vue 3 400 fois sur Facebook seulement.
🏆 Dear John and Patrick
Accompagnés de plus d’une vingtaine de personnalités, de start‐​ups et d’entreprises de la tech venues du monde entier, nous envoyons un message collectif et bienveillant aux fondateurs de Stripe, la banque en ligne qui héberge la milice d’extrême-droite Génération Identitaire : « Nous vous écrivons parce que nous sommes attentifs à la société. Nous savons que vous l’êtes aussi. Débarrassez‐​vous de Génération Identitaire. »
Burger King 🍔 aussi
Le 10 juillet, quelques jours après l’annonce de McDonald’s, Starbucks France annonce qu’ils cesseront également d’utiliser des pailles plastique d’ici 2020. S’ils peuvent le faire, Burger King aussi ! Nous lançons aussitôt une pétition demandant à Burger King d’arrêter d’utiliser des pailles en plastique et de lancer un grand mouvement pour la planète.
juin2 fois plus de pollution
👕 Ça va Manu ?
Bâillon d’or
Après une mobilisation permanente pendant les mois d’avril et de mai, la loi sur le secret des affaires a été définitivement votée au Sénat le jeudi 21 juin dernier. En une semaine, plus de 15 000 « bâillon d’or » ont été décernés sur Twitter aux parlementaires qui ont voté « pour » ce texte liberticide.
Un cadeau pour tout le monde
À l’occasion de la #fêtedespères, nous avons demandé au gouvernement de faire un cadeau à toutes les familles : instaurer un congé paternité obligatoire et égal tous les parents, pour une réelle égalité entre les femmes et les hommes.
Urgence : on discrimine
Le 29 décembre 2017, Naomi Musenga est morte, parce que le Samu s’est moqué d’elle au lieu de lui venir en aide. Notre appel à témoignages a permis de révéler que les femmes noires, les personnes grosses, ou avec un nom à consonance africaine, arabe ou berbère, sont en moyenne 20% plus susceptibles de recevoir des moqueries, propos discriminants ou gestes brusques de la part du corps médical.
🏆 Connard ou pas ?
Nous avons mis en ligne le quizz « connard ou pas » pour souligner le choix impossible devant lequel le « délit de solidarité » place n’importe quel citoyen : être un connard, ou un délinquant. En quelques jours, c’est devenu un des liens les plus partagés sur Facebook en France en 2018, avec près de 60 000 partages. Ce moment fort de mobilisation nous a également permis de doubler le nombre de nos membres.
maiA New Facebook
Pour célébrer le RGPD, nous avons eu l’honneur d’annoncer le lancement de « A New Facebook », une nouvelle version du réseau social, plus respectueuse de vos données. Le canular est désormais révélé. Nos nouveaux « membres de la résistance à Facebook » sont régulièrement formés à des enjeux du numérique, émergents mais capitaux.
🏆 Stripe, terre d’asile
Guillaume Princen, patron de Stripe Europe, a reçu 463 e‐​mails, pour lui rappeler que, selon leurs propres conditions d’utilisation, la milice d’extrême droite, Génération Identitaire, qui appelle à la « guerre identitaire » n’a pas sa place parmi leurs clients.
31 recommandés ✉️
En live sur Facebook, nous avons envoyé 31 courriers recommandés avec accusé de réception, un pour chaque membre du gouvernement, leur stipulant de mettre à l’ODJ du prochain conseil des ministres la dissolution de Génération Identitaire.
Notre droit à l’information
Jeudi 24 mai, 14 parlementaires siégeant à la Commission mixte paritaire ont décidé de la loi sur le secret des affaires, dénoncée par plus de 550 000 citoyennes et citoyens. Nous avons fait monter la pression en leur envoyant 2800 tweets aux 14 parlementaires , pour leur demander de voter les amendements proposés par notre coalition, pour protéger les libertés, les journalistes, les lanceurs d’alerte et les syndicalistes.
avrilGénération Identitaire
Plus de 2500 personnes ont demandé au Premier ministre la dissolution de la milice d’extrême-droite en Conseil des ministres. La pétition a été partagée 4700 fois.
Le délit de solidarité tue
Aux côtés de 130 organisations de la société civile issues de 15 États membres de l’UE, nous avons lancé une Initiative Citoyenne Européenne pour demander au Parlement Européen d’interdire le « délit de solidarité ».
La laïcité pour les nuls
Lorsque Macron annonce vouloir « réparer le lien entre l’Église catholique et l’État », 840 personnes lui ont rafraîchi la mémoire par email : la loi de 1905 dit justement que « la République ne reconnaît aucun culte ».
Les panneaux de la honte
En pleine campagne présidentielle hongroise, l’entreprise JCDecaux offrait ses services à Victor Orbàn, Premier ministre du pays, lui permettant d’installer des affiches xénophobes dans tout le pays. L’entreprise française a reçu près de 200 tweets lui demandant de ne pas cautionner ses propos.
marsConnaissez‐​vous la SNCF ?
Lorsque le gouvernement annonce la suppression du statut de cheminot, nous mettons en ligne un quizz de désamorçage des préjugés envers la SNCF. Au total, plus de 7000 participants et 2000 nouveaux membres.
Un Skype avec Bernie
Alors que depuis des mois, le monde retient son souffle à chaque rebondissement dans l’escalade des tensions entre les États‐​Unis et la Corée du Nord, nous organisons une vidéo‐​conférence mondiale avec Bernie Sanders, en partenariat avec des organisations du monde entier, sur plus de 17 fuseaux horaires et avec traduction simultanée, pour déterminer ensemble ce que nous pouvons faire à notre niveau pour que nos dirigeants s’engagent sérieusement en faveur de la paix.
8 mars 15h40
Pour préparer la Journée internationale des droits de femmes, 3500 femmes nous ont témoigné les actes de violences ou harcèlement subis au travail via notre Grande Enquête des Violences au Travail. Le 8 mars, nous révélions les résultats et manifestions à Paris, Place de la République, avec une large coalition d’associations féministes.
janvierGouvernement exemplaire
La presse publie les détails de deux plaintes contre le ministre de l’action et des comptes publics, Gérald Darmanin : pour viol et abus de faiblesse. 5312 personnes se sont jointes à nous pour demander sa démission, afin que la justice et le gouvernement puissent faire leur travail sereinement.
Refusez l’invitation
Quand Donald Trump invite officiellement Emmanuel Macron à venir aux États‐​Unis pour sa première « visite d’État », un événement capital et rare, nous décidons d’envoyer un message clair à notre président : n’y allez pas, refusez l’invitation.
mai 2017Le deuxième bulletin
Le jour du deuxième tour de l’élection présidentielle, notre bulletin est allé au candidat qui permettait d’éviter que Marine Le Pen et son programme dangereux n’arrivent au pouvoir. Avec nos 24379 « deuxièmes bulletins » déjà envoyés, nous disons à Emmanuel Macron que notre vote n’est pas un vote d’adhésion, et que nous portons d’autres priorités pour construire une France juste, durable et démocratique. À ce moment là, nous n’avons aucune idée de la suite des événements. Pourtant, la première brique de ce que deviendra ~ le mouvement vient d’être posée.