Mardi 26 février, la marque de sport Decathlon annonce la mise en vente de « hijab de running », un équipement sportif pour les femmes qui désirent porter le voile en faisant leur jogging. Sous la pression des insultes et des menaces parfois physiques sur leurs équipes en magasin, et face aux réactions hostiles de la sphère politique, l’enseigne décide d’annuler la commercialisation de cet équipement sportif.

Déjà en mai 2018, Maryam Pougetoux, porte parole de l’UNEF, avait créé la polémique malgré elle et essuyé les attaques publiques de Gérard Collomb, Marlène Schiappa et Julien Dray. Simplement parce qu’elle portait le voile.

Pourtant :

- En France, le port du voile est autorisé, un point c’est tout ;

- Respecter la laïcité, c’est admettre que chacun peut exprimer sa religion comme il ou elle l’entend, dans le respect de l’ordre public (comme c’est évidemment le cas ici) ;

- Les élu·es qui se sont opposé·es publiquement au « hijab » ont failli au principe de laïcité, en envoyant un message hostile à toutes les femmes qui souhaitent pratiquer sereinement leur religion ;

- S’opposer au port du voile au nom de la liberté des femmes, c’est leur retirer la liberté de s’habiller comme elles l’entendent.