Nous avons marché, nous avons signé, nous avons porté plainte, nous avons fait grève, nous avons désobéi. En octobre nous étions des milliers à bloquer le centre commercial Italie 2, à occuper la Place du Châtelet, à manifester devant l’Assemblée Nationale pour rappeler l’urgence climatique.

Mais nos dirigeants n’ont toujours pas compris l’ampleur du problème. Les scientifiques du GIEC nous donnent 10 ans pour avoir réussi à inverser la vapeur et diviser par 3 les émissions de gaz à effet de serre en France. Nous n’y sommes pas du tout.

Le GIEC nous dit aussi que 50 à 70% des solutions pour le climat se trouvent au niveau local. Pour limiter le réchauffement climatique à 1,5°C, il y a des sites polluants qui doivent fermer dans les dix ans, et il y a des projets qui doivent être enterrés immédiatement. Nous devons organiser des poches de résistance partout en France dans les mois qui viennent.

En mars 2020, nous allons renouveler les 35 885 maires. C’est le moment idéal pour aller chercher ces victoires dans un maximum d’endroits ! Incinérateurs géants, autoroutes, raffineries, cimenteries, centres commerciaux, élevages industriels, fermetures de petites lignes de train… Ces projets ne doivent jamais voir le jour, ou même doivent fermer. Ensemble, nous pouvons les stopper ! En frappant au bon endroit, au bon moment.

En octobre, nous avons publié la carte des collectifs en lutte partout en France contre les projets ou sites polluants et injustes en collaboration avec Reporterre, l’ONG de mobilisation citoyenne ~ le mouvement, la chaîne Youtube Partager C’est Sympa et l’association pour la justice climatique Notre Affaire À Tous. Ce n’est que le début. La première étape de SuperLocal, ce projet énorme qui nous mobilisera pendant les prochains mois.

Les élections municipales qui viennent seront une opportunité unique d’être entendus par la population comme par les élu-​e‑s sur les mesures d’urgence à mettre en place localement. Avant les élections, les dirigeants sont obligés de nous écouter et de nous répondre. Après les élections, il y a une petite fenêtre de tir où des politiques publiques ambitieuses peuvent être votées. Si nous réussissons à mettre les luttes locales au coeur de l’agenda dans les six mois qui viennent, nos dirigeants locaux devront agir. Pouvez-​vous faire un don aujourd’hui pour nous permettre d’y arriver ?

~ ~ le mouvement

135 260 membres pour défendre le bien commun, faire pression sur les décideurs, et gagner des batailles dans la loi et l'opinion