Le gouvernement travaille sur une application pour surveiller la population après le déconfinement. Sous prétexte de minimiser la propagation du virus, ce projet totalement inefficace prévoit de mettre toute la population sous surveillance.

L’objectif est d’inciter les Français·es à installer l’application StopCovid, pour garder une trace de toutes les personnes que vous croisez après le déconfinement. Si l’une de ces personnes signale qu’elle a été diagnostiquée positive au COVID, vous recevrez une notification vous invitant à vous confiner à nouveau.

Les études montrent que pour fonctionner, l’application doit être utilisée par 60 à 100% de la population. Or, à Singapour où un dispositif similaire avait été déployé, seuls 16% des habitants l’avaient installé. Par ailleurs, 23% des Français·es ne possèdent pas de smartphone, et 56% des plus de 70 ans, qui sont pourtant les plus vulnérables. Pour eux, le dispositif est inutilisable. Techniquement, il faut aussi que le bluetooth soit constamment activé, ce qui n’est pas toujours le cas. L’efficacité de cette application sera donc très limitée pour lutter contre la pandémie.

Mais le risque de réduire nos libertés, lui, est bien présent. En 2015, après les attentats du Bataclan, l’État d’urgence avait été déclaré, permettant de réduire drastiquement l’encadrement des procédures de police. Quelques mois plus tard, cette disposition censée être exceptionnelle est devenue la norme, puisque l’essentiel a été intégré dans le droit commun et s’applique désormais tous les jours. C’est exactement ce qui est en train de se passer : le gouvernement utilise un moment de crise pour réduire durablement nos libertés.

Enfin, le lancement de l’application risque de faire baisser la vigilance quant aux gestes barrières. Les utilisateurs et utilisatrices auront tendance à se sentir plus protégés. C’est aussi moyen de s’en remettre à la technologie pour répondre aux crises sanitaires, écologiques ou économiques, alors que l’enjeu est au contraire dans la recherche scientifique, dans le financement du service public, etc.

Ne tombons pas dans le piège du gouvernement et refusons le lancement de l’application StopCovid !

Retrouvez le détails des arguments de la Quadrature du Net.

~ ~ le mouvement

135 260 membres pour défendre le bien commun, faire pression sur les décideurs, et gagner des batailles dans la loi et l'opinion