Depuis la révélation de l’affaire Benalla, plusieurs responsables sont pointés du doigt. Gérard Collomb, comme l’Élysée, étaient au courant depuis le 2 mai qu’Alexandre Benalla avait tabassé des manifestants lors des manifestations du 1er mai.

Selon l’article 40 du code de procédure pénale, tous les représentants de l’État au courant avaient l’obligation de saisir le procureur de la République. Aucun ne l’a fait. Depuis plus de deux mois, l’État à couvert l’affaire.

Gràce à notre mobilisation rapide, nous avons obtenu le licenciement d’Alexandre Benalla. C’est une première étape, mais il est temps désormais de faire toute la lumière sur cette affaire.

Lundi et mardi, Gérard Collomb sera auditionné à l’Assemblée Nationale et au Sénat. Les députés et les sénateurs ont finalement accepté de rendre publique et de retransmettre en directe cette audition. Mais les autres auditions de la commission d’enquête sont pour l’instant prévu à huis clos.

Il s’agit d’une affaire d’État, aux implications graves et complexes, où même le Président de la République est inquiété. Toutes les citoyennes et tous les citoyens devraient avoir accès de manière transparente aux informations de l’enquête.